6.10.2012 - 10.02.2013 

Robert Gober 
OEuvres de la Emanuel Hoffmann-Stiftung et de la Öffentliche Kunstsammlung Basel 

Commissaire: Nikola Dietrich

À l’occasion de cette exposition, le Museum für Gegenwartskunst reconstruit l’installation Split Wall with Drains créée, en 1994/95, exprès pour le rez-de-chaussée du musée par l’artiste américain Robert Gober. L’œuvre constitue le centre d’une mise en scène dédiée en grande partie aux œuvres de Gober qui appartiennent aux fonds du musée et de la Emanuel Hoffmann-Stiftung. Suite à la grande rétrospective bâloise consacrée à l’artiste en 2007 au Schaulager, cette œuvre majeure consacrée à la création de répliques de l’environnement ménager, tels que des lavabos, des cheminées, des écoulements ou des reproductions de parties du corps, ainsi que des espaces connotés par une institution ou par la religion, se voit une nouvelle fois présentée au public, dans une collaboration étroite avec l’artiste.

Le motif du trou d’écoulement, auquel il se confronte encore une fois ici, apparaît dès ses premières œuvres : à partir de 1989, Gober installe une série de simples trous d’écoulement (Drains), qu’il réalise un par un et fait mouler directement dans les murs des salles d’exposition. Le trou d’écoulement illustre la frontière entre la lumière et l’obscurité, entre ce qui est visible en surface et ce qui est souterrain, entre l’intérieur et l’extérieur.

Son installation est à lire comme un symbole de transition, elle présente des lieux qui sont invisible en eux-mêmes. Les catégories explicites du dedans et du dehors, du dessus et du dessous, ces éléments qui font notre orientation dans l’espace, disparaissent. En lieu et place, des zones inconnues apparaissent aux délimitations autres et qui ouvrent sur un domaine dont il faut faire l’expérience physique. En même temps, observée avec recul, la sculpture domine l’espace et vacille sans se fixer entre un plateau de tournage et la scène d’un crime.

Split Walls with Drains ne fait pas seulement figure d’apothéose de l’œuvre sculpturale de Gober en raison de ses exceptionnelle qualités plastiques – considérant en particulier les éviers, trous d’écoulement et urinoirs réalisés à la main –, l’œuvre occupe aussi une place à part puisqu’elle fut réalisée pour l’espace spécifique du MGK, sous et au travers duquel coule aussi d’ailleurs un ruisseau. Elle demeure ainsi enracinée dans le bâtiment de manière permanente.

Museum für Gegenwartskunst Kunstmuseum Basel